L’électricité aux États-Unis en quelques chiffres clés

En 2017, la consommation américaine d’électricité a diminué grâce aux conditions météorologiques clémentes, indique l’EIA (Energy Information Administration) dans un article du 3 avril. Rappels de quelques grandes données sur l’électricité aux États-Unis.

Une consommation en baisse en 2017, encore très élevée par habitant

En 2017, les ventes d’électricité sur le marché de détail(1) américain ont atteint 3 682 TWh, soit près de 2% de moins qu’en 2016. Cette baisse – la plus importante depuis la crise économique de 2009 – est sensible dans tous les secteurs et est « largement imputable au temps doux » de l’an dernier bien que d’autres facteurs aient également une incidence sur la consommation (prix de l’électricité, efficacité énergétique, contexte économique, etc.), explique l’EIA.

Les besoins de chauffage l’hiver, et plus encore de climatisation l’été, ont été réduits en 2017, indique l’EIA qui rappelle que les secteurs résidentiel et « commercial »(2) absorbent chacun près de 37% de la demande américaine d’électricité, l’industrie comptant pour les 26% de besoins restants.

Avec une consommation électrique de près de 12 833 kWh par habitant par an selon les dernières données statistiques de l’Agence internationale de l’énergie(3), les Américains figurent parmi les principaux consommateurs d’électricité dans le monde, aux côtés des habitants des pays nordiques (Islande, Norvège, Suède) et du Moyen-Orient (Bahreïn, Émirats arabes unis, Qatar). A titre de comparaison, la consommation électrique moyenne par habitant dans le monde avoisine 3 050 kWh par an.

Un mix de production reposant encore principalement sur le gaz et le charbon

Aux États-Unis, la production d’électricité est encore principalement dominée par deux énergies fossiles : le gaz naturel et le charbon (qui ont, malgré une baisse sensible de leur production, respectivement compté pour 31,7% et 30,1% du mix électrique national en 2017). Avec un parc de 99 réacteurs en service (le plus important au monde loin devant la France), l’énergie nucléaire compte pour près d’un cinquième de la production électrique américaine(4).

Malgré une forte progression, les énergies renouvelables ne comptaient encore que pour 16,9% de la production électrique américaine en 2017, et pour 9,6% hors hydroélectricité. Bien que l’éolien et le solaire photovoltaïque aient fourni pour la première fois, en mars 2017, plus de 10% de la production électrique mensuelle des États-Unis, la transition du mix reste relativement lente, qui plus avec l’abandon du Clean Power Plan par Donald Trump.

En 2017, le parc éolien américain a produit près de 253 TWh (+ 11,5% par rapport à 2016), soit environ 6,3% de la production électrique annuelle des États-Unis. Cette part dans le mix électrique américain pourrait augmenter à hauteur de 6,4% en 2018 et de 6,9% en 2019 selon les prévisions du Short-Term Energy Outlook de l’EIA.

Au total, les États-Unis ont produit 4017,7 TWh d’électricité en 2017, soit plus de 7,5 fois la production électrique française la même année (pour une population 5 fois plus importante). Précisons que la Chine produit davantage d’électricité que les États-Unis depuis 2011(5).


Le gaz naturel et le charbon ont compté à eux deux pour 61,8% de la production électrique des États-Unis en 2017. (©Connaissance des Énergies, d’après AIE)